Projets

no 1 Je Jardin de Rosée sept. 2019 entr

Entrée principale de l'école

LE JARDIN DE ROSÉE, DUFOUR HAÏTI

Parrainage Tiers Monde est fier de s’associer au projet d’une école rurale à Haïti.

Une courte et belle histoire

 

Le Jardin de Rosée est situé dans une petite communauté rurale très pauvre (sans électricité ni eau courante), à environ 2 heures de la capitale Port-au-Prince, tout près de la Baie de Miragoane. La très grande majorité des habitants sont illettrés et vivent au jour le jour. Ils se nourrissent de poisson et de légumes provenant de leur petit potager. Aucune infrastructure sociale ni sanitaire. La route d’accès se fait en moto ou en camion.

 

Le Jardin de Rosée a commencé modestement il y a 6 ans avec deux groupes d’enfants de 3 ans. Ils étaient logés dans un abri fait de murs en pailles sur la terre battue. L’année suivante on a débuté une construction en ciment pour 4 groupes (2 groupes de 3 ans puis 2 groupes de 4 ans) et ainsi de suite à chaque année. En septembre 2020 nous avons des élèves jusqu’à la 3e année primaire. L’école comprend maintenant autour de 150 élèves. Presque à chaque année nous devons construire de nouvelles classes.

L’école est gratuite car les parents n’ont aucun moyen pour payer. De plus ils ont droit au repas du midi gratuitement. Ce sont des conditions essentielles pour que les parents acceptent d’envoyer leurs enfants à l’école. Après 6 ans ce sont les enfants qui demandent d’aller à l’école. Les enfants y sont heureux et apprennent dans un contexte de sécurité physique et affective. Les enseignants sont diplômés et logent sur place.

L’école est en pleine croissance. Elle est devenue une référence pour toute la communauté. Nous devons y ajouter régulièrement des locaux et engager de nouveau enseignants. C’est un défi chaque année. Les besoins sont immenses : payer les enseignants, nourrir les enfants, construire des locaux, acheter des fournitures scolaires, des jeux, des livres etc. L’Etat ne fournit aucune aide.

Rosée Morissette 13 novembre 2020

Vous pouvez également voir sur YouTube des vidéos de l’école qui vous permettront de comprendre l’ampleur des besoins et le travail déjà accompli.

 

Comme vous pouvez le constater, les besoins sont tellement grands et toute contribution de votre part sera infiniment appréciée. C’est un effort de toute cette fière communauté pour amener des changements de vie en passant par l’éducation de leurs enfants.

 

Ceci est un exemple vivant de partenariat humanitaire entre une communauté éloignée et de généreux donateurs qui ont à cœur l’éducation des moins nantis.

 

Pour tout don offert, vous recevrez un reçu d’impôt qui proviendra de Parrainage Tiers Monde Inc. une fois dans l’année.

no 2 IMG_1877 classe.jpeg
no 3 Je Jardin de Rosée repas du midi.j
no 4 construction de l,école .jpeg

Construction de l'école

Classe : à noter que le plancher et les murs sont à revêtir

Repas du midi : local où on sert le seul repas que les enfants prennent dans la journée et qui sert aussi de salle de classe

chou carotte.jpg
pepiniere.jpg

TERRIER ROUGE, HAïTI

Jardin communautaire GAFATR 

GAFATR : appellation créole signifiant Groupement agricole des femmes entreprenantes de Terrier Rouge

Projet débuté en 2007 sous la responsabilité de Sr Reine Godbout, NDSC et parrainé au début par des âmes généreuses de la région de Grand-Sault, N.-B., Canada.

 

Fait exceptionnel, le projet initial impliquait uniquement des femmes de cette petite communauté.

 

Terrier Rouge est situé au nord-ouest de l’île de Haïti à approximativement 40 km de Cap Haïtien.

 

Les fonds recueillis ont servi à acheter deux terrains. Des puits ont été creusés dont un artésien et un autre avec pompe servant à monter l’eau dans un réservoir afin d’irriguer les terres agricoles. Ce système se nomme ‘’goutte à goutte’, système idéal pour les terres arides d’Haïti.

Ceci a permis de faire deux semences par année avec un temps de repos pour les terres ; chaque platebande comporte trois tuyaux d’irrigation.

Dix ans plus tard, en 2017, le projet a dû être relancé. Il a fallu labourer à nouveau et en août 2019, se préparer encore pour une nouvelle semence.

Depuis deux ans, les paysannes font moins de cultures maraichères et davantage d’arbres fruitiers. Autour des terrains, des bananiers et des papayers furent plantés. Dans leurs plates-bandes, elles sèment encore des carottes et des choux qui se vendent bien mais aussi des petits pois de toutes sortes. Ces derniers sont beaucoup en demande donnant un meilleur apport nutritif, ce dont la population a grandement besoin.

Après plusieurs années, les pionnières qui ont participé à ce projet, sont maintenant devenues des femmes matures. Par contre, ayant travaillé tellement fort, leur santé est souvent compromise.

VIRAGE VERT À HAITI

Depuis le printemps 2019, la priorité en agriculture de l’État est le reboisement d’Haïti en plantant des arbres fruitiers de tous genres afin de restaurer l’environnement naturel.

Le système développé par le jardin communautaire de Terrier Rouge est un système d’irrigation idéal pour une pépinière de plantules. Ce nouveau projet de pépinière découle directement du projet de jardin communautaire nommé GAFATR et s’aligne parfaitement avec la vision de l’objectif souhaité du gouvernement haïtien : le reboisement du pays.

Les défis et les besoins sont grands pour continuer ce projet. Il faut absorber les coûts associés à cette pépinière et financer les services suivants : faire monter l’eau pour l’irrigation, obtenir l’électricité pour les pompes et défrayer les services d’un technicien superviseur du système au complet.

Des dons sont souhaitables et toujours acceptés pour aider à la continuité de ce jardin communautaire qui a déjà fait le virage d’un environnement vert pour l’avenir du peuple haïtien.

pionnieres_edited.jpg
African Children

OURAGAN MATTHEW, HAÏTI

En octobre 2016, l’ouragan Matthew qui s’est avéré très violent et dévastateur a touché particulièrement le sud-ouest de l’île. Cette région avait déjà été affectée par le terrible tremblement de terre en 2010.  Ayant eu vent de cette nouvelle, de généreux donateurs ont contacté Parrainage pour savoir s’ils pouvaient aider financièrement. Un montant de 5743$ fut acheminé aux communautés les plus touchées pour aider le peuple haïtien à se relever de cette grande épreuve.

Cet argent a servi à :

  • acheter du matériel scolaire

  • reconstruire ou réparer des écoles et des résidences religieuses

  • aider à la reconstruction des jardins qui ont été inondés

Certains villages ont subi des dégâts majeurs irréparables comme toitures envolées et maisons inondées

 

Six des neuf communautés que nous aidons ont été très touchées, les enfants ont tout perdu : maison, école, effets personnels.

 

Ce soutien a aidé à reprendre une vie et recommencer encore une autre fois.

Inde projet bicyclettes.jpg

BICYCLETTES EN INDE

En septembre 2017, Parrainage a reçu une demande du Père Julian nous invitant à participer à un projet de grande envergure en Inde. Il nous demandait un don pour l’achat de 10 bicyclettes permettant d’aller évangéliser dans la province du Tanaku, district de Godavari Ouest de l’Inde.

La mission de Parrainage est d’aider à l’éducation des enfants et des séminaristes dans une dizaine de pays différents. L’argent des donateurs se rend directement aux communautés religieuses et sert à aider les enfants dans leurs études. Rare sont les surplus. Il arrive que des donateurs offrent des cadeaux et ceux-ci sont remis là où les besoins sont les plus pressants.

Jugeant que la demande du Père Julian était très louable, Parrainage a contacté quelques donateurs.  Rapidement, le message est passé et 500$ sont amassés, montant nécessaire pour l’achat de cinq bicyclettes. Celles-ci furent remises à cinq étudiants en théologie ordonnés en 2019.

La photo présente des jeunes séminaristes qui ont à cœur l’évangélisation et qui ont pu bénéficier de la générosité de nos donateurs. Ils sont membres de la communauté des Missionnaires de St-François de Sales.

En plus des projets cités ci-dessus, Parrainage reçoit différents montants de généreux donateurs. Certains vont à des besoins spécifiques et d’autres sont attribués là où les besoins sont les plus urgents.